Les contre-indications

Vous trouvez ici plusieurs contre-indications de certaines de nos huiles essentielles :

Angélique archangélique

  • Photo-sensibilisante : appliquer uniquement sur la plante des pieds et dans la paume des mains. Ne pas utiliser pendant la grossesse et en cas de diabète. Éviter l’exposition au soleil.
  • Grossesse : ne pas utiliser en voie interne mais 1 goutte sous les pieds.

Basilic saint ou basilic tulsi

  • Dermocaustique et hépatotoxique si surdosage, déconseillé pour les bébés, enfants et femmes enceintes, sauf lors du dernier mois de la grossesse.

Basilic exotique ou tropical

  • Les femmes enceintes ne devraient pas utiliser car elle stimule trop les oestrogènes. Une réaction cutanée peut apparaître chez les sujets sensibles, diluer alors dans de l’huile végétale.

Basilic doux à linalol

  • Cette variété est douce et donc bien adaptée pour les enfants et les sujets sensibles.

Bergamote et le petit grain bergamote

  • Petit grain bergamote : aucune contre-indication connue aux dosages physiologiques.
  • Bergamote zeste : très photo-sensibilisante, il faut éviter d’exposer la zone imbibée au soleil ou aux UV. Sa simplicité d’emploi en usage olfactif en fait le moyen idéal.

Bois de rose

  • Aucune contre-indication connue aux doses physiologiques. C’est une huile passe-partout. Elle est très bien supportée, tant au niveau de la peau que des muqueuses.

Bois de santal

  • Aucun contre-indication connue aux doses physiologiques. Elle est déconseillée aux personnes flegmatiques qu’elle pourrait rendre encore plus passives.

Camomille noble ou camomille romaine

  • A utiliser parcimonieusement lors des premiers mois de la grossesse et chez les enfants en bas âge. Déconseillée aux personnes manquant d’entrain car elle est apaisante et freine l’élan.

Camomille bleue ou camomille matricaire

  • Aucune contre-indication connue aux doses physiologiques. A forte dose elle pourrait induire une somnolence. Attention toutefois, elle teint la peau et les habits en bleu.

Cannelle de Chine ou cannelle cassia

  • Éviter en cas d’hypertension artérielle.
  • Chez les enfants, on peut l’employer sous les pieds, parfois même pure. Toutefois, après avoir appliqué la cannelle, mettre immédiatement des chaussettes à l’enfant (qui a tendance à jouer avec ses pieds) et se laver les mains.
  • En dilution 1% maximum. En usage interne, jamais plus d’une goutte pure chez un adulte, autrement : toujours diluer dans de l’huile ou dans de l’eau avec un émulsifiant.

Cannelle de Ceylan

  • Très dermocaustique. L’utiliser en voie interne ou sous les pieds.

Cèdre de l’Atlas

  • A employer avec précaution chez les bébés, les enfants et les femmes enceintes.

Ciste ladanifère

  • Aucune contre-indication connue aux doses physiologiques.

Citron

  • Eviter en usage cutané prolongé car légèrement dermocaustique. Photo sensibilisant donc ne pas exposer la zone de peau enduite au soleil ou aux UV.

Cyprès toujours vert

  • Contre-indication en cas de mastoses et de cancer du sein.

Épinette noire

  • Aucune contre-indication connue aux doses physiologiques.

Estragon

  • Est dermocaustique pour les sujets sensibles. Déconseillé durant les trois premiers mois de grossesse, chez les enfants en bas âge et les femmes allaitantes. En dilution, ne pas dépasser 20% d’HE et éviter l’emploi sur un long terme.

Eucalyptus citronné

  • Aucune contre-indication connue aux doses physiologiques.

Eucalyptus staigeriana

  • Éviter l’usage chez les enfants et les femmes enceintes, sauf sur prescription d’un professionnel. Éviter chez les enfants en dessous de 3 ans.

Eucalyptus radiata

  • Ne pas utiliser en cas de toux sèche (assèche).
  • Aucune autre contre-indication connue aux doses physiologiques.
  • Appropriée pour les jeunes enfants et les sujets sensibles.

Pélargonium ou géranium

  • Aucune contre-indication connue aux doses physiologiques pour le géranium « rosat ». Certains géraniums contiennent du menthol, contre-indiqué chez les enfants et les femmes enceintes.
  • Le Pélargonium Bourbon est plus agressif au niveau cutané et peut provoquer des réactions de sensibilisation chez certains sujets.

Gingembre

  • Parfois dermocaustique, diluer à 10% si réaction cutanée.

Immortelle italienne ou hélichryse italienne

  • Aucune contre-indication connue aux doses physiologiques. Elle est très bien supportée malgré sa teneur en cétones. Pour les enfants et les femmes enceintes, ne pas l’utiliser en usage interne.

Lavande vraie ou officinale ou noble

  • Aucune contre-indication connue aux doses physiologiques. Elle est bien supportée au niveau cutané.

Lavande aspic

  • Attention au surdosage chez les jeunes enfants, en raison de la teneur en camphre. Eviter chez les femmes enceintes, les épileptiques et les enfants en bas âge.

Lavandin

  • Eviter chez les bébés et les femmes enceintes, il est préférable d’utiliser la lavande vraie.

Menthe poivrée

  • A proscrire absolument pour les enfants en dessous de 3 ans, à déconseiller jusqu’à 7 ans. Pour les jeunes enfants, on ne l’utilisera qu’avec prudence et uniquement en application très localisée ; les femmes enceintes devraient l’utiliser parcimonieusement.
  • Éviter l’application étendue sur le thorax en raison de son effet rafraîchissant.
  • Éviter l’inhalation la nuit, car elle peut occasionner des insomnies. En principe pas de menthe le soir, elle a tendance à maintenir éveillé et pas en plein hiver, car c’est un refroidisseur.
  • Pas de traitement de plus de 3 semaines consécutives.

Menthe bergamote

  • Aucune contre-indication pour cette menthe.

Néroli

  • Aucune contre-indication connue aux doses physiologiques.

Orange

  • Photosensibilisation.

Petit grain bigarade

  • Aucune contre-indication connue aux doses physiologiques.

Agatophylle aromatique ou ravensara aromatica

  • Aucune contre-indication connue aux doses physiologiques. Généralement bien tolérée par la peau.

Pin sylvestre

  • Aucune contre-indication connue aux doses physiologiques. Ne pas mettre trop sur la peau tout de même.

Romarin officinal à cinéole

  • Contenant jusqu’à 12 % de camphre, par précaution l’employer à 10% dans un mélange d’HE pour les enfants et les femmes enceintes et l’éviter chez les sujets épileptiques.

Romarin à camphre

  • Neurotoxique et abortive, ne pas utiliser chez les bébés et les femmes enceintes. Éviter un dosage élevé et jamais sur un long terme suivi. Pour les enfants dès 7 ans, une application cutanée à dose modérée est sans danger. L’HE contient une grande portion de cétones donc prudence !

Romarin à verbérone

  • Neurotoxique et abortive, ne pas utiliser chez les bébés et les femmes enceintes. Éviter un dosage élevé et jamais sur un long terme suivi. Pour les enfants dès 7 ans, une application cutanée à dose modérée est sans danger. L’HE contient une grande portion de cétones donc prudence !

Thym à thymol

  • Très dermocaustique, hépatotoxique. Dilution maximum : 5% ou moins. Ne jamais donner aux enfants en dessous de 7 ans ni aux femmes enceintes ou allaitantes.

Thym à linalol

  • Aucune contre-indication. Elle peut être utilisée pure sur la peau.

Ylang Ylang

  • Aucune contre-indication.